tor-logo

Voici comment ne plus vous faire écouter

L’ex-président a été placé sur écoute par des magistrats en avril 2013 et enregistré par dictaphone de Patrick Buisson. Nos conseils pour que ses conversations privées le restent.

L’expression “conversation privée” n’a probablement plus guère de sens aux yeux de Nicolas Sarkozy. Entre les enregistrements de Patrick Buisson réalisés lors de réunions à l’Elysée et les écoutes téléphoniques mises en places par des magistrats qui s’intéressent à un possible “trafic d’influence”, l’ex-chef de l’Etat a décidément du mal à faire garder ses secrets. Nos conseils pour y remédier.

1.Tester le “Blackphone”.

Présenté comme le “premier mobile ultrasécurisé” à destination du grand public, ce modèle développé par une société Suisse est disponible depuis fin février en précommande. Cerise sur le gâteau: il est recommandé par Le Figaro

2. Apprendre à souder.

Saviez-vous qu’un pirate peut vous écouter via votre téléphone même lorsque vous n’appelez pas ou, pire, lorsqu’il est éteint? Dan, un apprenti soudeur, a trouvé la solution. Il explique dans un article repéré par le blogueur français Korben comment bidouiller son portable pour couper son micro en quelques coups de fer à souder. Seul inconvénient: cette méthode ne vous protègera pas lors de vos appels, puisqu’il faudra bien activer votre micro pour parler…

3. Demander conseil à “El Chapo”.

Le chef de cartel mexicain arrêté fin février après 13 ans de cavale était “équipé de matériel ultrasophistiqué”, rapporte Le Figaro. Equipement qui lui a longtemps permis de passer à travers les mailles du filet. Ironie du sort, “El Chapo” est finalement tombé pour avoir utilisé un téléphone cellulaire non sécurisé. Il aurait mieux fait de rester vigilant jusqu’au bout.


4. Passer par une appli de téléphonie protégée.

Le Washington Post recommande deux applications de téléphonie sécurisée, Silent Circle et Redphone. Ils ont en commun le fait de ne pas placer d’intermédiaire entre votre combiné et celui de votre interlocuteur, ce qui fait que les sociétés qui gèrent ces services n’ont pas accès à vos conversations -tout comme d’éventuels fouineurs.

5. S’essayer aux pigeons voyageurs.

A quoi bon confier ses conversations importantes à la technologie si elles peuvent être interceptées par le premier informaticien venu? D’autres méthodes plus artisanales peuvent sans doute être remises au goût du jour. En plus de nos amis volatiles, les signaux de fumée ou la langue des signes peuvent également se révéler fort pratiques.

6. Se taire.

S’astreindre à une discrétion quasi-totale -pas de confession en public, pas d’appels intempestifs…- est sans doute le meilleur réflexe à avoir quand on se sait sur écoute. Reste à voir si l’ex-président français en est capable.

Par Adrien Sénécat

Source: lexpress.fr

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS