Une fatwa interdit les voyages sur Mars 2

Une fatwa interdit les voyages sur Mars:

Mouloud Ben Mouloud, astronaute à l’ASAP (Agence spatiale arabe progressiste) posa le pied sur le sol martien et déclara : « Je consacre cette planète terre d’islam ». La fusée Al-Noor avait été lancée de la plateforme de Doha le dixième jour du mois de Muharram en l’an 1535 de l’hégire (14 novembre 2113 pour les infidèles).

Vous l’avez compris, c’est de la science-fiction. Car pour l’instant, Mars est interdit aux musulmans. Des représentants religieux des Emirats arabes unis ont publié une fatwa interdisant à tout pratiquant de l’islam d’y aller. Ils considèrent que cela s’apparenterait à un suicide, prohibé par le Coran. Selon le journal émirati Khaleej Times, ce genre de voyage pose « de véritables risques pour la survie », ce qui n’est « pas justifiable selon l’islam ». La mort des astronautes qui s’aventureraient sur Mars ne serait pas« vertueuse » et les exposerait à des châtiments équivalents aux suicidés dans l’au-delà.

Cette fatwa a été publiée après que l’organisation Mars One a annoncé qu’elle allait tenter, au terme d’un voyage « aller uniquement » (« one way trip ») d’établir une colonie humaine permanente sur Mars. (Lire le protocole de la mission sur le site de Mars One).

Mars One, lancé en février 2013, est un projet de Bas Lansdorp, une société hollandaise à but non lucratif. Plus de 200.000 personnes issues de 140 pays ont posé leur candidature. Ainsi, Heidi Beimer, lieutenant dans l’armée américaine, spécialisée dans la chimie appliquée aux opérations de défense et qui explique ses raisons sur CNN.

Selon Mars One, environ 500 personnes originaires de pays à majorité musulmane – dont 50 Saoudiens – se sont portés volontaires pour ce voyage.

Mais une fatwa, un avis religieux, a été lancée mercredi 20 février par l’Autorité générale des Affaires islamiques des Emirats arabes unis pour interdire les voyages vers Mars. Pour ces religieux musulmans, « un tel voyage sans retour présente un risque réel pour la vie, qui ne peut se justifier dans l’islam. Dans l’éventualité où les astronautes ne survivraient pas à leur mission, ils subiraient alors la même peine infligée à ceux qui se suicident, à savoir, une éternité en enfer ».

D’après le Daily Mail, la décision a notamment été prise par le professeur Farooq Hamada qui a déclaré: «« Protéger la vie contre tout danger possible et la maintenir en sécurité est un crédo de chaque religion, il est clairement écrit dans la sourate 4 verset 29 du SaintCoran : “Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah, en vérité, est Miséricordieux envers vous.” » Pour rappel, l’Autorité générale des Affaires islamiques des Emirats arabes unis a publié deux millions de décisions religieuses de sa création en 2008 à aujourd’hui.

Mars One a répondu (lire l’article du Telegraph) en citant la riche tradition des voyages d’exploration dans la culture islamique. « L’exemple le plus influent étant celui » d’Abu Abdullah Muhammad Ibn Abdullah Al Lawati Al Tanji Ibn Battuta. On l’appelle le plus souvent Ibn Battuta, tout simplement. Né le 24 février 1304 à Tanger et mort en 1377 à Marrakech, cet explorateur et voyageur marocain musulman, de souche berbère, a parcouru 120.000 km en 29 ans de voyages à travers le monde, de Tombouctou au sud, jusqu’à la Bulgarie (en actuelle Russie, sur la Volga) au nord, et de Tanger à l’ouest à Quanzhou en Extrême-Orient.

Et je vous fiche mon billet (sans retour) qu’Ibn Battuta aurait envoyé aux pelotes la fatwa émiratie et serait parti allègrement vers la Planète Rouge.

 


Eric Azan

Source: fait-religieux.com

 

bleu

 

Partir sur la planète Mars serait interdit en islam

Partir sur Mars est interdit en islam. Tout du moins tant qu’il n’existe aucune technologie qui puisse permettre un retour sur Terre. Une très sérieuse fatwa (avis religieux) a été lancée, mercredi 19 février, par l’Autorité générale des Affaires islamiques des Emirats Arabes Unis pour interdire les voyages vers la planète rouge.L’autorité religieuse entend freiner l’engouement suscité par Mars One, à l’initiative du projet fou d’installer une colonie humaine permanente sur Mars dès 2024. A cet effet, la fondation néerlandaise a lancé une campagne mondiale de recrutement en avril 2013 en vue de désigner les premiers participants au voyage, sans leur offrir la possibilité de revenir vers la Terre. Le simple aller devrait durer sept mois.

Ce drôle de projet colonial, dont on pourrait croire qu’il serait raillé de tous, a réussi à séduire des dizaines de milliers de personnes. Malgré les risques encourus (notons uniquement l’absence d’oxygène sur Mars), plus de 200 000 personnes du monde entier ont déposé leur candidature, dont près de 500 Saoudiens. Le prix du billet y est pour beaucoup dans l’afflux des inscriptions : 38 dollars (27 €) par personne. 1 058 volontaires, âgés de plus de 18 ans et ayant une bonne condition physique, ont fini par être sélectionnés, a annoncé Mars One le 30 décembre 2013.

Mars One, une mission suicide pour les savants

L’avis religieux préconise aux musulmans l’interdiction du voyage proposé par Mars One car il présente des risques certains pour la vie, sacrée en islam, alors que le départ n’est effectué sans aucune raison valable pour les savants. « Un tel voyage sans retour présente un risque réel pour la vie et cela ne saurait jamais être justifié en islam », indique la fatwa rapportée par Khaleej Times.« Il y a probabilité qu’une personne se rendant sur Mars ne soit pas en mesure de rester en vie là-bas », la rendant « davantage exposée à la mort », a indiqué le comité, qui compare le voyage comme une forme de suicide, interdit en islam. Le châtiment divin qui résulterait du départ vers Mars est susceptible d’être « semblable à celui du suicide dans l’au-delà ».

L’institution religieuse a par ailleurs fait savoir que certains jeunes musulmans portaient un intérêt particulier à Mars One en pensant qu’ils pourraient échapper au Jour du Jugement dernier. « C’est une croyance absolument infondée et inacceptable car il n’est pas un atome qui ne relève pas du champ d’Allah, le Créateur de toute chose », martèle-t-on.

Préserver sa vie, c’est partant de cette injonction que s’inscrit la fatwa. Mais elle n’arrêtera pas les candidats les plus déterminés au départ pour Mars. L’envie pour eux de participer à l’écriture d’une nouvelle page de l’Histoire de l’humanité se révèle plus forte que tout. Et tant pis si cela doit mal se finir…

Hanan Ben Rhouma 
Source: saphirnews

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS