PREMIER ENSEIGNEMENT DE THOT-DJEHUTY

Premier enseignement de Thot/Djehuty : la perception africaine du divin dans l’antiquité

Entretien sur la sagesse divine africaine de la période pharaonique entre le jeune kamit MENI et THOT/DJEHUTY.

Pour comprendre l’originalité de la tradition philosophico-religieuse de l’Afrique pharaonique, nous avons souhaité nous adresser directement à celui qui en fut la source originelle, à savoir Thot ! Aussi, le jeune MENI sera celui qui interrogera le maître des savoirs, le grand Thot/Djehuty, afin que nous puissions percer enfin certains mystères.

MENI : Ô Thot, je m’adresse à toi au nom des miens car le temps de comprendre l’origine des choses et des savoirs est maintenant venu. Nous avons été mentalement broyés par des siècles d’obscurantisme et avons besoin de retrouver notre vraie voie, celle de la sagesse/vérité/justice, celle de nos ancêtres glorieux.

Thot/DJEHUTY : Ainsi c’est donc accompli ce que nous avions déjà pressenti durant l’époque glorieuse de Kemet (l’Egypte). Mais si tu permets, appelle-moi DJEHUTY car tel est mon nom.

MENI : Ô DJEHUTY, on dit de toi que ton nom contient tous les Savoirs de l’univers. Quel est le sens de cette affirmation ?

DJEHUTY : J’ai reçu du démiurge lui-même, la connaissance des choses terrestres et divines. En ce sens je suis le Maître des Medw Neter (Paroles divines), le Premier Prophète de la Vérité, le grand Scribe des créatures divines invisibles et visibles, le premier grand Guide divin, la lumière divine personnifiée et la raison créatrice du monde au service des lois divines.

MENI : Comment cela se peut-il ?

DJEHUTY : Dis moi, pourrais-tu observer ton tout premier enfant naître à la vie, fils ou fille, sans prendre soin de le protéger, de le nourrir et de lui transmettre ton savoir et tes enseignements ? Es-tu capable, toi MENI, de laisser ton premier né, livré à lui-même, dans l’ignorance la plus complète ?

MENI : Je ne pense pas !

DJEHUTY : Pourquoi alors voudrais-tu que Dieu ait agit autrement ? Il a crée l’homme et la femme (le couple humain), identique à lui en secret, dans le cœur du monde, en Afrique noire… En laissant couler une larme de son œil, dès leurs premiers battements de cœur, leur créateur s’est penché sur eux, plein d’admiration et d’amour. Oui, il a aimé ses enfants dès leur premier souffle de vie.

MENI : Comment a-t-il donc agit pour leur révéler ses principes divins ?

DJEHUTY : J’ai reçu directement du démiurge, la mission de guider les premiers hommes sur les voies de la sagesse en leur révélant, entre autre, la technicité de l’écriture afin de graver éternellement les lois divines de Maât, à savoir la vérité/justice. Je suis donc le premier Prophète du Livre Sacré car je reste celui qui a apporté au genre humain, les « Medw Neter » à savoir, les « Paroles/Enseignements Sacrés ». Tel est le premier nom kamit qui a été donné à ce que tu appelles aujourd’hui, l’écriture.

MENI : Je commence à comprendre. Tu as donc été le Premier prophète de l’humanité. Tu es celui qui a énoncé les principes que certains ont repris aujourd’hui et réadapté selon leurs us et coutumes. A vrai dire, j’ai toujours trouvé surprenant que les prophètes soient apparus si tardivement, soit plus de 100 000 ans après la création du premier homme moderne, il y avait là quelque chose de louche ! Pourquoi nous a-t-on caché ton existence ?

DJEHUTY : J’ai été connu sous les noms de DJEHUTY, puis de Thot et enfin d’Hermès dans la tradition grecque. Ceux qui suivent vraiment les voies de la sagesse divine rendent toujours hommage à la source de cette sagesse. A travers le Père, je suis la source de la sagesse. Si tu ne me connaissais pas avant, c’est que ceux que tu suivais n’adhéraient que superficiellement à la sagesse divine.

MENI : Quelles distinctions dois-je faire entre toi et Osiris ? Vous avez tous deux eu une existence humaine, mais quelles furent vos missions respectives ?

DJEHUTY : Osiris, à savoir « Wsir », est le tout premier à avoir reçu la mission de guider l’humanité vers la connaissance divine. C’est le premier envoyé de Dieu sur terre qui est mort et ressuscité d’entre les morts pour finalement siéger à la droite de son créateur tout en assurant son rôle de juge dans la Place de la Vérité (salle du jugement dernier). Il est appelé « Woun Nefer » à savoir « l’Être Eternellement Bon » et « Kem Wour » pour « Grand Noir ».. Je fus originellement, son initiateur sur les voies de la connaissance divine car telle est ma mission, montrer les voies de la sagesse à toutes les créatures divines. Mais je reste à son service, car Osiris est « Celui qui veille sur le trône de Dieu » et il fut donc chargé de guider les humains africains vers le divin et en ce sens, mon rôle fut de l’aider à accomplir sa mission.


MENI : Tu sais quoi DJEHUTY… j’ai près de 12 milliards de questions à te poser. Mais bon, tout d’abord j’aimerais que tu m’expliques en quoi la vision religieuse des anciens africains diffère de celle d’aujourd’hui ?

DJEHUTY : Pose tes questions, je suis là pour t’inviter à chercher les vraies voies de la sagesse. Certaines réponses sont déjà en toi, trouve les ! Ta vision religieuse actuelle découle de peuples dont le mode de vie descend en droite ligne du patriarcat et du nomadisme. Je parle ici des Sémites et des Indo-Européens que nous connaissions bien sur la terre de tes ancêtres. Ces peuples se caractérisaient dans l’antiquité par le mode de vie suivant : nomadisme (déplacements fréquents), attitude hostile (lutte contre le climat froid ou aride du désert, nombreuses guerres tribales, difficultés pour trouver de quoi se nourrir), patriarcat (le chef de famille reste l’homme, survalorisation des guerriers), infériorisation de la femme (qui reste sous l’autorité ferme de son père ou de son époux) et polythéisme (croyance en diverses divinités). Compte tenu de leur vision du monde, découlant en directe ligne de leurs habitudes de vie, leur vision religieuse actuelle ne pouvait que s’imprégner de leurs schémas culturels ancestraux. Ils ont donc trouvé un juste équilibre entre vie culturelle et vie religieuse dans le cadre de leur sphère civilisationnelle.

MENI : Et pour nos ancêtres ?

DJEHUTY : Les Kamits (“les noirs”), tes ancêtres, voyaient le monde différemment car leur mode de vie était diamétralement opposé. Nous étions des sédentaires plutôt matriarcaux. C’est-à-dire que notre mode de vie était basé sur les points suivants : la vie sédentaire (la construction de villes, la culture des champs), attitude d’ouverture (en raison d’un climat africain favorable que nous ne percevions pas comme menaçant notre existence), matriarcat (la femme jouit des mêmes avantages que l’homme selon un principe de complémentarité et non pas de rivalité), monothéisme (Dieu ayant recours néanmoins à la biodiversité pour engendrer, développer et maintenir la vie). Il en découle que notre vision philosophico-religieuse resta imprégnée de nos habitudes de vie ancestrale. Tu as perdu cette vision car à une époque récente, tes ancêtres ont été attaqués, annexés militairement et éduqués dans une vision culturelle étrangère à l’Afrique.

MENI : Tu peux rajouter, déportés par la force, mis en esclavage, colonisés et assimilés à d’autres cultures issues du nomadisme. En fait, DJEHUTY, je commence à comprendre le problème. Bon, révèle moi alors les points de divergence.

DJEHUTY : Prenons Dieu. Pour un chrétien adhérant à l’église romaine, Dieu est unique et en trois personnes (le père, le fils et le saint esprit).

MENI : En effet…


DJEHUTY : Pour tes ancêtres, Dieu est vivant dans la nature, sa création et concoure ainsi au développement et au maintient de la vie sur terre. Sans eau, sans air, sans terre nourricière, etc., point de vie ! Mais Dieu est aussi présent dans la Trinité, à savoir le père… la mère et…. l’enfant (Osiris, Isis, Horus). Le lien d’amour les unissant tous au divin est Maât, l’esprit divin de la vérité/justice. Impossible selon eux que la Trinité exclut la femme car s’est en prenant femme que l’homme accomplit le mystère divin de la création de la vie et rejoint son père créateur dans sa mission de guide, en quelque sorte, de sa progéniture. C’est cela que nous avions apprit au monde profane autrefois.

MENI : Et pourquoi a-t-on exclut la femme de la Trinité chez les chrétiens ?

DJEHUTY : Je t’ai présenté la vision culturelle ancestrale des anciens peuples nomades précédemment. Celle-ci aliénait socialement la femme donc religieusement, leur vision de la femme est restée la même. La croyance de ces derniers est que la femme à été crée à partir des côtes de l’homme, tandis que pour tes ancêtres, l’homme et la femme descendent tous deux, directement du divin. Il y a là une différence fondamentale qui repose sur une vision culturelle divergente de la société. Ainsi, chaque vision est le fruit d’un héritage historique, mais toi MENI, tu dois savoir que tu possèdes aussi ton propre héritage spirituel.


MENI : Parlons-en, si tu veux bien. L’unicité de Dieu chez les Kamit (“les noirs”), qu’en est-il ?

DJEHUTY : C’est extraordinaire. Pour les anciens africains, tes ancêtres, Dieu est Unique et à l’origine de toutes les formes de vie. Nous verrons une fois prochaine, les textes pharaoniques. Dieu crée la vie et toutes les formes de vie ne sont qu’une fraction de lui-même, qui globalise l’ensemble de la création. Dieu donne et maintient la vie à travers l’eau, l’air, la terre fertile, etc… La biodiversité reflète donc la volonté divine d’engendrer la vie et l’homme, en usant de son intelligence à pour mission de préserver cette biodiversité et à travers elle, la vie elle-même. Car il ne peut mettre son intelligence, don divin, au service de la destruction/pollution des aspects fractionnaires de sa divinité primordiale. Mais sais-tu d’où vient Dieu ?

MENI : Dans les religions monothéistes actuelles, il n’existe pas de réponse à cette question. Par contre, les textes sacrés de Kemet (l’Egypte) parlent du Noun comme étant les eaux abyssales contenant à l’origine, toutes les potentialités de l’univers et le divin aurait pris conscience de lui-même en émergeant du Noun, puis aurait engendré la biodiversité puis l’humanité par le Verbe/Parole, « Hou ». Est-ce cela ?

DJEHUTY : Je suis agréablement surpris par le fruit de ta quête du savoir de tes pères. Cette émergence du Noun suivit de la création des êtres vivants, symbolise l’unicité multiple du divin. « Unicité » pour « Dieu unique », « multiple » pour « aux divers aspects » révélant les potentialités infinies d’Amon (Dieu). Mais laisse moi encore te révéler le Dieu de tes ancêtres, celui que nous avons révélé les premiers à l’humanité.

MENI : Je t’écoute DJEHUTY !

DJEHUTY : Dieu a conçu l’éternité, l’univers, le monde… le monde a conçu l’évaluation du temps. L’essence originelle de Dieu est le bien, le bonheur, la sagesse, la vie éternelle. L’essence de l’éternité est Dieu, l’essence du monde est l’ordre divin Maât, l’essence du temps est le changement, l’essence de la génération/regénération est la vie terrestre et cosmique. La puissance de Dieu agit dans l’intelligence du cœur (ib), dans le ba et le ka de chaque homme. Les forces vitales de l’éternité sont la stabilité et l’immortalité, celles du monde sont dans la composition, la décomposition et la recomposition. L’éternité est en Amon (Dieu), le monde dans l’éternité, le temps dans le monde, la génération dans le temps. L’éternité reste stable dans Dieu tandis que le monde doit mériter l’éternité. Le temps s’accompli dans le monde tandis que la génération/regénération se réalise dans le temps. La puissance de Dieu est l’éternité, le fruit de l’éternité est le monde, l’essence du monde est le renouvellement de la vie, l’essence de la vie est la mise en action de l’intelligence divine. Le corps abrite le cœur/sagesse (ib) et le cœur/sagesse abrite l’intelligence divine. Les forces de Dieu sont les énergies, les forces du monde sont les créatures vivantes, les forces des hommes sont la science et les arts. Le mal de l’homme est l’ignorance, le mal du cœur/sagesse est la pulsion destructrice non régulée, le mal du monde est l’asservissement de l’homme aux choses corporelles et terrestres. Dieu vit dans l’éternité, l’homme vit dans le monde et doit utiliser son cœur/sagesse et ses forces pour faire le bien, le bonheur, la sagesse qui sont l’essence de son créateur, pour vivre éternellement.

MENI : DJEHUTY, je crois que nous allons arrêter là pour ce premier entretien car je dois comprendre encore ce que tu essaies de me révèler aujourd’hui.

 

Jean-Philippe Omotunde

 

 

bleu

LIRE EGALEMENT:

 

Moïse l’Africain, selon Pierre Nillon : La vérité voilée sur un nègre Africain qui a inspiré le monothéisme occidental (Vidéos)

Afrique Noire une histoire ? Quand les européens se font à eux-même la léçon.

 

Les sources africaines du “Notre père” empruntées par la Bible.

 

Comment les Humains modernes noirs sont-ils devenus blancs ?

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS