Menkheperrè Djehouty-Messou, musée de Louxor

Menkheperre Djehouty-Messou (Thoutmosis III), le plus puissant de tous les africains

Le nom de naissance du grand roi est Djehouty-Messou Neferkheperou, ce qui signifie signifie « l’enfanté de Djehouty (Thot) aux devenirs parfaits ». Il est le fils d’Aïssata, une épouse royale nubienne, et du pharaon Djehouty-Messou Neferkahou (Thoutmosis II). Âgé de 5 ans à la mort de son père, c’est sa belle mère et sœur de son père, la grande épouse royale Hatchepsout qui est chargée d’accompagner l’enfant-roi dans l’exercice du pouvoir. Hatchepsout ayant avec elle la légitimité matriarcale du pouvoir, elle finira par exercer pleinement la régence et sera couronnée pharaon. Le 14 Janvier 1458, après la mort de la reine, Djehouty-Messou Neferkheperou, devient souverain éffectif de Ta Mery (la terre aimée = Egypte), sous le nom de Menkheperrè (Que la transformation issue de la lumière solaire demeure). Il a 29 ans.

Ta Mery est à cette époque sous la menace continue de peuples voisins qui tentaient de s’en emparer depuis l’invasion repoussée des Hyksos sous Nebpehtyré Yamessou (Ahmosis). C’est donc en réaction à une attaque que l’Egypte devint un pays impérialiste sous Djehouty-Messou. Dès sa prise de pouvoir, c’est armé du glaive de la justice et de la vérité, et porté par Imana-Ra (Dieu) qu’il mènera en 20 ans 17 campagnes militaires sans défaite, qui vont bâtir sa légende.

bleu

Naviguez desormais sur notre site et accédez aux article de votre choix sans quiter votre profile facebbook. Pour le faire, cliquez sur ce lien:

Accedez au site

bleu

Djehouty-Messou entre en Asie avec 10 000 hommes et est victorieux à Arouna, Megiddo, la Palestine et Djahi (la Phénicie). Ses guerres contre la Mitanni (Irak) sont les plus difficiles. La Mitanni se situe de l’autre côté du fleuve Euphrate et les égyptiens ont pour défit de franchir ce cours d’eau. Le roi fait construire des bateaux à Biblos à Djahi qui sont ensuite transportés à travers le désert jusqu’à l’Euphrate. Les troupes mitaniennes qui se pensent protégés par l’eau sont surprises par l’attaque navale et repoussées. La Crète, Chypre, Les babyloniens, les lybiens, et les hittites (turcs), si turbulents jadis, se soumettent au pharaon. Tous les rois des régions conquises se hâtent de donner leurs filles au roi africain en signe d’allégeance. Le Hittite grâce au contact des égyptiens devient la prmière langue indo-européenne écrite de l’histoire.

Enfin Djehouty-Messou fils d’Aïssata mène une campagne en Nubie (Soudan), pays de ses ancêtres. Il s’y distingue par une œuvre architecturale considérable et la Nubie devient une partie de l’Empire égyptien, qui s’étend jusqu’en Irak. Les butins de guère enrichissent encore Ta Mery qui atteint son apogée politique. Djehouty-Messou  porte l’extension géographique de la civilisation pharaonique à son maximum et impose l’Afrique comme première puissance mondiale. Le pharaon s’éteint à l’âge de 64 ans.


Momie de Menkheperrè Djehouty-Messou (c) National Geographic
Momie de Menkheperrè Djehouty-Messou
(c) National Geographic

Le roi comme le veut la tradition est fils spirituel d’Imana-Ra/Amon-Ra (Dieu). On peut lire l’hymne triomphal de Dieu à Djehouty-Messou dans le temple de Karnak :

« Yin.i di.i titi.k ourou Djahy (Je suis venu, je t’accorde d’écraser les princes de Djahi (Phénicie) ; je les jette sous tes pieds à travers leurs contrées ; – je leur fais voir ta majesté, couverte de ta parure de guerre, quand tu saisis les armes sur ton char,

Yin.i di.i titi.k ta Yabety (Je suis venu, je t’accorde d’écraser la terre d’Orient) ; Kafti (la Crète) et Asi (Chypre)sont sous ta terreur ; je leur fais voir ta majesté comme un taureau jeune, ferme de cœur, muni de ses cornes, auquel on n’a pu résister,

Yin.i di.i titi.k imiou nebout.sen. Taou nou metjen sedaou kher sendjou.k (Je suis venu, je t’accorde d’écraser les peuples qui résistent dans leurs ports, et les régions de Mitanni tremblent sous ta terreur) ; – je leur fais voir ta majesté comme l’hippopotame, seigneur de l’épouvante, sur les eaux et qu’on a pu approcher (…)

Yin.i di.i titi.k yountchou seti (Je suis venu, je t’accorde d’écraser les barbares de Nubie) ; jusqu’au peuple de Pout, tout est dans ta main – je leur fais voir ta majesté semblable à tes 2 frères, Horo et Souté (Horus et Seth), dont j’ai réuni les bras pour assurer ta puissance ».

 

Source: African history-Histoire africaine

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS