Le visage de Toutankhamon dévoilé

L’HUMANITE EST NEE EN AFRIQUE NOIRE ET NON EN EGYPTE OU EN MESOPOTAMIE

La science nous dit que l’Afrique est le berceau de l’humanité, c’est à dire que les africains sont les géniteurs du monde. Les africains existent depuis 100.000 ans, les européens et les asiatiques sont partis d’Afrique il y a environ 20.000 ans.
 
 
Et il y a des MISSIONNAIRES CATHOLIQUE au 19ème siècle après l’expédition  de Napoléon en Egypte qui ont le courage de répondre à la science que tous les africains, sans exeption, sont partis d’Egypte il y a 3000 ans. C’était pour nous rétirer cette primauté de géniteurs du monde, y compris d enos propres prédateurs. Puisqu’à partir du moment où au lieu de révendiquer d’être nous à procréer le monde entier, nous en sommes réduits à révendiquer de venir d’Egypte, on reduit nos 100.000 ans d’histoire à 3000 ans d’une grande civilisation oui, mais décadente et disparue. En me basant purement et simplement sur la science, et la logique, je dis qu’il est 1000 fois plus cohérent de dire que les egyptiens antiques sont partis de le Afrique subasélienne, exactement comme les Romains, les Aztèques etc. reste à déterminer quand et non l’inverse.
 
 
Il y a 2 jours, (dimanche 10/11/2013) à la chaine de télévision britannique channel 4, des chercheurs anglais qui ont procédé à l’autopsie du cadavre de ToutanKhamon ont revélé qu’il serait mort d’un accident de char à l’age de 19 ans en 1324.
 
Mon frère africain, Egyptologue ou historien, comment peux-tu demander à 1 milliards d’africain de tout baser son authenticité sur une histoire en mouvement continuelle dont les épisodes nous sont racontées tous les 6 mois par nos propres prédateurs ?
 
 

bleu

Naviguez desormais sur notre site et accédez aux article de votre choix sans quiter votre profile facebbook. Pour le faire, cliquez sur ce lien:

Accedez au site


bleu

  
 
Mon frère africain, Egyptologue, pour faire cette autopsie, tu n’étais pas là. Je n’étais pas là. Toi et moi avons juste entendu dimanche à la télévision, les conclusions vraies ou fausses de ce que nos prédateurs avaient à nous annoncer. Comment peux-tu prétendre de moi demain, qu’avant de critiquer ce choix de tout miser sur l’Egypte je dois au préalable lire tous les tonnes de livres que tu vas déverser dans les librairies, dès demain, pour extrapoler et dire qui était dans le char avec Toutankhamon ou quelle nourriture il avait mangé avant de mourir ? Ne t’es-tu jamais posé la question de savoir si c’était intelligent pour tout un continent de baser l’espoir de sa rennaissance sur une histoire que les autres ont construite à notre place en nous interdisant systématiqment de faire partie de leurs équipes de chercheurs, un feuilleton qui, chaque semestre est enrichi de nouveaux rebondissements tel au ciénéma et tout cela sans qu’il y ait un seul africain dans l’équipe de rédaction du scénario ?
 
 
Non l’Afrique ne vient pas d’Egypte comme l’ont prétendu les prêtres catholiques au 19ème siècle après l’expédition de Napoléon en Egypte. C’est l’Egypte antique qui vient d’Afrique subsahalienne, exactement comme les autres humains du monde entier. Et si je dois m’approprier les us et coutumes que les chercheurs occidentaux me racontent provenir d’Egypte, je dois aussi m’approprier de ce qui m’arrivent de Colombie de l’Etrurie (Estrusques) ou d’Indonnésie, au même titre.
 
Si un africain a honte de lier ses origines à nos Pygmées, population la plus antique de la forêt équatoriale africaine ou de nos “Boshiman” en Namibie, et à besoin d’un peuple plus prestigieux, il est libre de le faire, mais sans prétendre que je le suive. Si un africain a honte de nos traditions millénaires Fang ou Bantous, et sent le bésoin d’en créer de nouvelles attribuées à des peuples plus glorieux, qu’il nous laisse la liberté de continuerà soutenir  et encourager de toutes nos forces, dans nos villages en Afrique, les défenseurs de nos traditions, de notre propre spiritualité, fiers de ce que nous sommes, sans nullement avoir besoin d’aller en emprunter de nouvelles à tous ceux qui dérivent de nous, notamment en Egypte, en Mésopotamie, en Colombie  ou en Indonnésie. Parce que nous avons un avantage sur tous les autres peuples : c’est nous leurs géniteurs, à eux tous sans aucune exception et non l’inverse.
 
 
 
JP Pougala

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS