Le photographe Jimmy Nelson à la rencontre des dernières tribus avant qu'elles ne disparaissent

Le photographe Jimmy Nelson à la rencontre des dernières tribus avant qu’elles ne disparaissent (Vidéo)

Avec “Before They Pass Away”, le photographe Jimmy Nelson entend garder trace de civilisations en passe de disparaitre. Aux quatre coins du globe. 

On l’oublie peut-être trop souvent mais tout ce qui fait notre quotidien (pour une grande majorité de la population) à savoir l’urbain, le métro, le boulot, les grands ensembles et le ciel gris n’est pas un modèle “immuable” de civilisation. Il a une date de naissance (une date de péremption, pourquoi pas) et possède également des alternatives offertes par des civilisations vivant bien en retrait de nos contrées. Par choix ou de fil en aiguille.

Portrait d’un membre de la tribu Huli en Indonésie et Papouasie Nouvelle Guinée – Crédit Image Jimmy Nelson
Portrait d’un membre de la tribu Huli en Indonésie et Papouasie Nouvelle Guinée – Crédit Image Jimmy Nelson

Et ce que remarque Jimmy Nelson, photographe freelance, c’est que malgré tout, les lignes sont en train de bouger. Réfugiés climatiques, exploitation industrielle ou agricole de leurs “terres”, certaines de ces civilisation sont en train de s’éteindre, à petit feu.

Tribu Huli d’Indonésie et de Papouasie Nouvelle Guinée – (Crédit Image).jpg
Tribu Huli d’Indonésie et de Papouasie Nouvelle Guinée – (Crédit Image)

Et à part ce misérabilisme envisagé comme la raison de cette disparition, le britannique rappelle que peut-être, mine de rien, la “modernité” est juste en train de pénétrer les pores de ces modes de vie. Pour le meilleur ou pour le pire. C’est en visitant 35 de ces tribus plus ou moins célèbres que le reporter a pu dresser ce constat. Tout en tirant le portrait de nombreux autochtones pour des photos assez réussies.

Les Gorokas d’Indonésie et de Papouasie Nouvelle Guinée – (Crédit Image)
Les Gorokas d’Indonésie et de Papouasie Nouvelle Guinée – (Crédit Image)

Le reportage photo est enrichi par un moyen-métrage d’une vingtaine de minutes sur les coulisses et l’ambiance si particulière de ces endroits reculés.

Les Gorokas d’Indonésie et de Papouasie Nouvelle Guinée – (Crédit Image)
Les Gorokas d’Indonésie et de Papouasie Nouvelle Guinée – (Crédit Image)

Mais outre cette volonté “patrimoniale”, c’est également l’esthétique chargée, les coutumes, les visages maculés de peintures rituelles ou encadrés par des bijoux symboliques que le photographe recherche. Les photos sont, il faut le dire, assez impressionnantes et glaçantes (on peut d’ailleurs acquérir le livre regroupant l’ensemble des clichés par ici). Beauté des paysages, altérité radicale.

bleu

Naviguez desormais sur notre site et accédez aux article de votre choix sans quiter votre profile facebbook. Pour le faire, cliquez sur ce lien:

Accedez au site

bleu

Les Kazakhs – (Crédit Image)
Les Kazakhs – (Crédit Image)

 


Same place, different pose – (Crédit Image)
Same place, different pose – (Crédit Image)

 

Maori néo-zélandais – (Crédit Image)
Maori néo-zélandais – (Crédit Image)

 

Maori néo-zélandais – (Crédit Image)
Maori néo-zélandais – (Crédit Image)

 

Les Mursis d’Éthiopie – (Crédit Image)
Les Mursis d’Éthiopie – (Crédit Image)

 

Maasai du Kenya et de Tanzanie – (Crédit Image)
Maasai du Kenya et de Tanzanie – (Crédit Image)

 

La tribu Ladakhi du Nord de l’Inde – (Crédit Image)
La tribu Ladakhi du Nord de l’Inde – (Crédit Image)

 

 

 Tomas Statius

Source: konbini

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS