DRCONGO-TRANSPORT-TECHNOLOGY-TRAFFIC-ROBOT

L’Afrique en mouvement: Des robots made in Africa à Kinshsa (Texte + vidéo)

Depuis octobre 2013, le « roulage » au carrefour du Parlement, sur le boulevard Lumumba à Kinshsa, n’est plus assuré par un policier. Un robot en aluminium de 2,50 mètre de haut régule la circulation d’une des artères principales de la capitale congolaise.

Pivotant le buste qui passe du vert au rouge, il lève les bras comme un agent pour bloquer alternativement les voies. « Un robot qui fait la sécurité et la régulation routières, c’est vraiment made in Congo », assure Thérèse Inza, la présidente de l’association Women Technology, qui a construit ces machines conçues pour résister aux rigueurs du climat équatorial et dont l’autonomie est assurée par des panneaux solaires, dans des quartiers qui ne sont pas reliés au réseau électrique.

La fondatrice de l’association voulait à l’origine proposer des débouchés aux femmes congolaises titulaires d’un diplôme d’ingénieur. Grâce aux robots, elle projette désormais de créer des emplois dans tout le pays. Les gigantesques embouteillages de Kinshasa, où vivent plus de 10 millions d’habitants, sont un excellent terrain d’expérimentation pour les « robots roulage intelligent » (RRI) : plus de 600 carrefours dangereux ont été repérés pour être équipés. La population constate aussi que, avec les robots, la discipline est plus respectée. Franck Mavuzi, chauffeur de taxi-bus, s’enthousiasme : « Le robot est bon. Que Dieu bénisse ceux qui l’ont inventé. Les policiers du roulage nous tracassent trop, qu’on laisse seulement les robots travailler. » Ces RRI prouvent que la robotique se développe aussi en Afrique.

Innovation. Des robots made in Africa

Audacieuse, Thérèse Inza affirme : « Nous devons vendre notre intelligence dans d’autres pays, de l’Afrique centrale comme d’ailleurs. Pourquoi pas aux Etats-Unis, en Europe ou en Asie ? » Entre 2008 et 2012, la demande de bande passante a été multipliée par 20 en Afrique, continent où sont nés le système de services bancaires mobiles M-Pesa et la plate-forme de gestion de catastrophe naturelle Ushahidi, utilisés aujourd’hui dans le monde entier. Et si la robotique, dont aucun pays n’a le monopole, était pour l’Afrique l’opportunité industrielle à ne pas rater ?

 


 

Bruno Bonnell

Source: http://lecercle.les…

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS