DARK GIRLS

La question du colorisme abordée dans le film-documentaire « Dark Girls » (voir le film ici)

Ce documentaire réalisé par l’acteur-réalisateur Bill Duke et le producteur Donald Channsin Berry s’immisce dans les profondeurs de la problématique du colorisme en explorant les préjugés auxquels les femmes noires au teint foncés sont confrontés aux USA. Ce documentaire met en lumière les racines et les conséquences de cette forme de discrimination raciale au sein du groupe ethnique afro-américain mais pas uniquement. Le colorisme se défini comme étant le fait d’avoir une différence de traitement vis à vis des personnes selon sa couleur de peau.

Il est présent dans presque tous les groupes ethniques à différents degré et se manifeste aussi bien dans les médias que le cinéma ou l’embauche. La plus part des vidéos clip des artistes afro-americains mettent surtout en scène des femmes au teint plus ou moins clair, au cinéma les actrices noires considérées comme bankables sont métisses ou noires très claires avec un physique très agréable mais cela se joue aussi dans la qualité des rôles proposés aux actrices noires qui n’ont souvent le choix qu’entre être des potiches avec un rôle plus ou moins important ou des femmes courageuses affrontant les injustices de la vie.Le colorisme n’influence pas que le milieu du spectacle et du divertissement,on en voit même la manifestation dans l’univers carcéral d’après certaines études.

Les réalisateurs ont recueillis les témoignages touchants et histoires personnelles de plusieurs femmes dont l’actrice Viola Davis, qui ont eu à subir ces préjugés raciaux d’un type particulier très profondément encrés socialement.Ce documentaire s’intéresse également à comment ces femmes ont réussi à dépasser tout ça et à retrouver l’estime d’elle même en s’acceptant malgré l’image négative que leurs renvoi la société de leurs physique pas assez dans l’idée que l’on se fait de la beauté noire.

Parmi les témoignages qu’on pourra  voir, il y’a celui d’une jeune femme qui revenait sur un commentaire de sa propre mère à son sujet à l’une de ses amies:

« Ma fille est belle, elle a de longs cils,des jolies pommettes et de jolies lèvres, imagine si elle était un peu plus claire, elle serait magnifique.Toute la fierté que j’avais pour qui j’étais à disparue.C’est à ce moment que j’en ai pris conscience(du colorisme).

Une autre relatait les paroles d’une de ses amies en parlant de son nouveau né

« Une amie a récemment eu un bébé, c’était la première fois que je voyais un bébé et il était beau et mon elle a dit : » Ma fille je suis si contente qu’elle ne soit pas sortie noir »,et lorsqu’elle l’a dit ,j’ai senti cela comme un coup de poignard car c’est quelque chose qu’on s’attend à entendre venant des autres races mais pas de quelqu’un que je considérait comme ma sœur »

Le sujet du colorisme est encore tabou chez les afro-américains en avril 2012 il avait été présenté à guichet fermé au festival du film panafricain de Los Angeles ainsi qu’à d’autres festivals cinématographique.Le documentaire reprend aussi l’expérience de la poupée noire menée dans les années 1940 par Kenneth et Mamie Clark, qui a démontré que les enfants noirs avaient intériorisé le racisme.L’expérience consistait à proposé aux enfants de choisir entre une poupée blanche et une poupée noire les enfants ont généralement choisi la blanche, dans son adaptation par l’équipe de « Dark Girls » on leurs propose des poupées avec des teints allant du caucasien au noir le plus foncé et c’est les poupées au teint clair ou intermédiaire qui ont été les plus plébiscitées.

 

Et les hommes dans tout ça?

Duke et Berry ont interviewer les hommes afro-américains qui disent qu’ils ne pourraient  pas sortir avec une femme à la peau foncée. Un jeune homme a même dit: « Elles ont l’air drôle à mes côté donc je préfère les jolies claires avec des longs cheveux » .Cette remarque m’a fait penser à la représentation des couples noir dans les médias et le cinéma où bien souvent lorsqu’il s’agit d’un homme noir foncé sa femme est plus claire et les rares fois où on présente un couple homme clair et femme foncée c’est pour camper un couple comique mais pas forcément glamour.

Des hommes blancs ont eux aussi témoigné de leurs attraction pour les femmes noires au teint foncés.

Un homme blanc interrogé a déclaré que ce n’était pas un choix conscient de sa part que d’avoir choisi une femme foncée plutôt que claire.Un autre s’est dit avoir toujours été attiré par les femmes noires e ce depuis sa plus tendre enfance. « Je n’ai pas considérer comme étant un effort que d’avoir à choisir une femme plus foncée,pour en avoir une qui me fait sentir comme si j’étais avec une noire tout droit venue d’Afrique.Je n’ai jamais pensé qu’être plus foncé définissait la négritude.Tu n’es pas plus noire parce que tu es plus foncé »

Le documentaire aborde également le liens entre cette dépréciation sociale de la femme foncée et ce manque d’estime avec les millions de dollars dépensés par les femmes noires à travers le monde pour s’éclaircir le teint ce qui leurs fait prendre des risques souvent leurs santé. Selon Duke ,l’eclaircissement est un phénomène globale qui touche aussi bien les USA, l’Afrique, l’Inde,Chine, Corée et une partie du Japon.

« Les femmes blanches risquent  le cancer de la peau et les cabines de bronzage deux fois par semaine, mettent du botox sur leurs lèvres pour avoir l’air plus ethnique.Dans nos recherches en dehors de la communauté afro-americaine nous avons constaté que ce n’est pas mieux à Cuba, en République dominicaine, Corée , Afrique et dans d’autres pays où on dit littéralement à des femmes de ne pas rester au soleil parce qu’elles risquent de devenir trop foncée et de faire honte à leurs race, de ne pas ramener d’hommes foncés et d’épouser des hommes clair »

Il a également déclaré que dire que c’est parce qu’on est noir qu’on ne peut pas être raciste est faux et a expliqué que ce racisme transmis de génération en génération remonte à l’esclavage où les maîtres avaient créer des clivages entre noirs.La fameuse distinction entre nègres des champs et nègres de maison a permit d’instaurer ce venin que beaucoup de noirs se prétendant conscients se permettent d’utiliser à tord et à travers et non sans une certaine ignorance pour désigner d’autres noirs qu’ils jugent indigne d’être noir ou juste pas assez selon leurs propre définition.Pourtant lorsqu’on voit que le but poursuivi par les maîtres était clairement de diviser on peut carrément en déduire que grâce à eux et d’autres avant eux ils ont réussi.


L'idéologie coloniale de la race

Cette catégorisation n’était pas seulement une question d’organisation du travail dans les domaines des esclavagistes, mais aussi raciale étant donnée que les dit nègres de maison étaient principalement des noirs plus clairs parfois descendant des maîtres eux même avec des esclaves. Il serait peut-être temps que certains prennent la mesure de leurs paroles car l’ignorance n’est pas une maladie incurable et quelque soit son attitude ou son opinions un noir reste un noir et devrait être vu comme tel par les autres noirs.Il y’a quelque jours j’ai comme certains de vous été choqué par l’appel au viol à l’adresse de la ministre italienne d’origine congolaise Cécile Kyenge suivie quelques jours aprés par celle à l’encontre de Rokhaya Diallo quel n’a pas été ma surprise de lire des noirs principalement des hommes se réjouir de cela et même souhaiter que cela leurs arrive vraiment pour disaient-ils qu’elles comprennent enfin que l’Europe ne les aiment pas.Comme quoi il y’a bien plus de linge sale à laver qu’on ne le pense et pas que chez les autres.

Bill Duke a déclaré: « L’objectif est d’ouvrir un débat, parce que la guérison réside dans la discussion et la souffrance se trouve dans le silence.A partir du moment où vous pouvez le formaliser et en parler ,vous commencer d’une certaine façon à guérir »

Dark Girl a été projeté dans de nombreuses villes, comme notamment Chicago, Toronto,Montréal, Oakland  ou encore Atlanta et a reçu des réactions positives, mais pas seulement car ce sujet est vraiment difficile à aborder pour beaucoup.

Un homme m’a dit: « Pourquoi diffusez-vous notre linge sale? … Ma réponse a été: «Parce qu’il rend la maison puante ». « Une femme m’a envoyé un message pour me remercier pour ce film parce que 2 semaines avant sa fille est rentrée à la maison en demandant si elle pouvait être plus claire parce qu’elle a été traitée de « Face noire de singe »par d’autres enfants. »

Certes ce documentaire est orientés sur la situation nord américaine, mais le complexe vis à vis de la carnation est aussi présent également en Afrique mais vécu différemment et dans des proportions moins fortes qu’au USA.Prenons l’exemple rwandais,au 19ème et 20ème les colons allemands et belges avaient rapidement catégorisé la population en fonctions de la longueur du nez et c’est selon cette théorie qu’ils décideront de distinguer un groupe Tutsi et un groupe Hutus .Les tutsis pourtant groupe minoritaire seront ceux qui occuperont les hautes fonctions administratives.Cette idéologie des races est désignée par beaucoup comme l’origine de la haine fratricide que les tutsis et les hutus se voueront et qui mènera au génocide de 1994.

Dark Girls sera diffusé en première mondiale à la Télé su OWN la chaîne d’Oprah Winfrey il n y’a aucune information quand à une sortie européenne mais la sortie du DVD est prévue en septembre. Les réalisateurs ont parlé de la préparation d’une suite qui donnerait la parole aux femmes noires au teint clair qui elles aussi sont concernée par cette question. Taye Diggs expliquait il y a peu que sa mère n’était sortie qu’avec des hommes noirs  foncés parce qu’elle ne se sentait pas assez noire.Lire Taye Diggs: « Tyson Beckford m’a aidé à aimer ma couleur »

 

 Source: sistadiaspora

————————————————————————-

VOIR LE FILM

 

 

 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS