Civilisations disparues - Les Incas

Civilisations disparues – ” Les Incas “

La légende raconte que l’empire inca a été fondé, au XIIIe siècle, par Maco Capac dans la vallée de Cuzco. Cette tribu, qui coexistait avec d’autres dans l’actuel Pérou, étendit son royaume jusqu’à devenir une grande puissance de la région. Son apogée est située en 1471 avec une emprise sur l’Equateur, le Chili et sur toute la côte péruvienne. Mais la succession du souverain Huayna Capac, vers 1526, fait naître une guerre civile au sein de l’empire. Débarqués le 15 novembre 1532, le conquistador espagnol Francisco Pizzazo et ses 150 soldats s’emparent facilement du nouvel empereur Atahualpa et l’exécutent le 26 juillet 1533.

Avec la complicité de certains Incas, les espagnols pillent les trésors de l’empire et envahissent progressivement toutes ses cités. Une petite portion de territoire, Vilcabamba, reste sous contrôle inca mais celle-ci tombe en 1572 et avec elle, le dernier empereur Tupac Amaru.

 

 

——————————————————————————

L’or des Incas

Beaucoup de légendes courent au sujet de l’or des Incas. Elles remontent à l’arrivée des Conquistadors en Amérique du Sud. Confronté à une résistance à laquelle il ne s’attendait pas, l’espagnol Francisco Pizarro, qui commandait les Espagnols durant la conquête du Pérou, finit par inviter Atahualpa, l’empereur Inca pour discuter des conditions de sa réédition et de celle de son armée. Venu désarmé et en grande pompe, il fut piégé par les Espagnols qui le capturèrent.

Atahualpa sentit l’intérêt des Espagnols pour les métaux précieux et leurs proposa de leur livrer une immense rançon d’or et d’argent en échange de sa libération. L’empereur envoya des ordres à ses généraux qui rassemblèrent la somme promise et la livrèrent aux Conquistadors. Les Espagnols furent stupéfaits de voir l’immense pouvoir que l’Empereur, pourtant prisonnier, conservait sur son armée et sur son peuple. Inquiets des conséquences de sa libération, ils rompirent leur promesse et l’exécutèrent. Conclusion: ne jamais faire confiance aux Espagnols.

 

exposition-l-or-des-incas

C’est à ce moment de l’histoire que prend naissance la légende de l’or caché des Incas. Une partie de la somme promise aux Espagnols auraient encore été en route au moment où la mort d’Atahualpa fut rendue publique. Humiliés, les Incas auraient décidé de cacher le gigantesque trésor afin que les Conquistadors ne mettent jamais la main dessus. L’or des Incas reposerait depuis ce jour dans un endroit secret. Des rumeurs courent que le trésor serait englouti quelque part dans les eaux du lac Titicaca, d’autres qu’il serait caché dans la jungle amazonienne… La seule chose sûre à ce jour est que malgré les siècles, et les nombreuses aventuriers qui se sont mis en quête de ce trésor, toutes les recherches se sont révélées vaines.

Sans succès du moins, jusqu’à ce que je me lance dans ma recherche de comment me rendre au Machu Picchu. Cette recherche m’a permis d’élucider ce mystère qui perdurait depuis des siècles.

Pour beaucoup de gens, un voyage au Pérou rime mécaniquement avec une visite du Machu Picchu. Le sanctuaire du Machu Picchu, comme on l’appelle aujourd’hui, se trouve à 112 kilomètres de la ville de Cuzco. Pour s’y rendre plusieurs solutions  existent qui varient de la grosse arnaque au vol en bande organisée. Pour y voir plus clair, voici la liste des principales options qui s’offrent au voyageur qui tient à se rendre sur place, ainsi que la fourchette de prix pour chacune d’entre elles.

1/ El Camino del Inca aka The Inca Trail

Pour administrer de manière efficace l’immense empire à la tête duquel ils étaient, les Incas ont mis en place un impressionnant réseau de routes couvrant plusieurs dizaines de milliers de kilomètres. Parmi elles, les archéologues ont mis à jour 8 routes originales permettant d’accéder au Machu Picchu. L’une d’entre elles reliait Cuzco, la capitale Inca, au sanctuaire. Aujourd’hui il est possible pour les visiteurs férus de marche à pied d’emprunter cet Inca Trail. En 3 à 4 jours, ils peuvent ainsi rejoidnre le Machu Picchu à la manière des habitants originels de la cité. On pourrait penser que se rendre à pied au Machu Picchu serait bon marché… et bien figurez-vous qu’il n’en est rien! L’accès au sentier est strictement contrôlé et les courageux marcheurs doivent s’acquitter d’un droit d’entrée prohibitif. Pire la présence d’un guide et de porteurs pour parcourir les 65 kilomètres du chemin pourtant parfaitement pavé est obligatoire. Au final le prix de la sueur ne suffit pas et il faut s’acquitter pour 3 jours d’un minimum de 500 dollars pour avoir le privilège de mettre vos pieds dans ceux des Incas. La seule bonne nouvelle c’est qu’à ce prix là, le ticket d’entrée est inclus.

2/ Le Luxury Train entre Cusco et le Machu Picchu

Un train relie Cusco au village d’Agua Caliente qui se situe au pied du Machu Picchu. Le site de Perurail, l’équivalent de la SNCF au Pérou, annonce la couleur dès la page d’accueil : pas de seconde classe ici, juste un « Luxury Service to Machu Picchu ». Qui dit Luxury dit les 3 heures de trains les plus chers de votre vie : 200 dollars l’aller retour en seconde. Multiplié par 2 si vous souhaitez l’expérience unique du voyage en première… A cela il faudra encore vous acquitter du prix d’entrée au site soit 46 dollars ainsi que de 18 dollars de bus pour parcourir les 4 kilomètres et 800m de dénivelé entre la gare d’Agua Calientes et le ?Machu Picchu. Au final l’ardoise est au minimum de 264 dollars.

3/ Par la route jusqu’à Hydro Electrica puis par le train jusqu’à Agua Calientes

Autre solution pour les plus pauvres : la route. Vous embarquez à Cusco dans un mini-bus qui vous amène jusqu’au lieu dit Hydro Electrica (un site où une gigantesque station hydro-électrique est en construction). Le transport coûte en moyenne 100 dollars aller/retour. Ceux qui voudraient prendre les transports publiques  n’arriveront que jusqu’au petit village de Santa Teresa quelques 30 kilomètres avant hydro-electrica, qui est le dernier village sur la route. De là soit vous marchez 30 bornes soit… vous payez pour un mini-bus ou un taxi. Une fois à Hydro-Electrica, vous sautez dans un train qui vous amène jusqu’à Aguas Calientes pour la modique somme de 14 dollars (pour 30 minutes de train ca reste cher payé…)

Vous vous retrouvez à Agua Calientes où comme pour la solution 2, vous devez encore vous acquitter de 18 dollars de bus puis de 46 dollars de droit d’entrée. Au final l’ardoise s’élève à 100 + 14 * 2 + 46 = 174 dollars. Une très bonne affaire vous diront les agences de voyages.

4/ Boycotter le Machu Picchu

C’est la solution la plus extrême mais aussi la plus économique. Si vous n’avez pas envie qu’on vous prenne pour un pigeon, la meilleure solution reste encore de ne pas y aller. J’ai hésité et comme beaucoup j’ai fini par me dire que c’était dommage d’être arrivé jusque là pour ne pas voir de mes yeux cette nouvelle merveille du monde (cf classement de New Seven Wonders Foundation, liée à la New Open World Corporation).

L’ardoise s’élève à 0 + 0 = 0. Economique donc!


5/ La solution des Pobres : se rendre à Agua Calientes par ses propres moyens

Loin d’être la solution la plus répandue c’est pourtant de loin la plus économique et surtout la plus fun. Alors en quoi consiste cette technique magique ? D’abord louer une moto-cross (j’insiste lourdement sur le cross…) à Cuzco. Trouver une carte de la région et prendre la direction Nord-Ouest via la vallée sacrée. La route est superbe, en plus de vous rendre au Machu Picchu, vous pouvez vous arrêter où bon vous semble le long de la Vallée Sacrée qui est couverte de vestiges Incas (moyennant 20 dollars de ticket d’entrée pour tous les sites, et oui là aussi business is business…). Bien que Cusco ne soit qu’à 112 kilomètres à vol d’oiseau du Machu Picchu, c’est presque 280km qu’il faut parcourir, mais quelle route! D’abord des zig zag sans fin jusqu’à un col à plus de 4300 mètres d’altitude. Puis une descente abrupte qui vous fait perdre 3500m d’altitude en moins de 30 kilomètres, quittant le climat froid des Andes pour gagner la chaleur tropicale des Yungas au passage. Arrivé à 800 mètres d’altitude, vous repartez pour 150 km non asphaltés. Les paysages sont toujours aussi époustouflants et la route qui s’est transformée en chemin de terre, peut prétendre haut la main au titre de Route de la Mort à sa compatriote bolivienne. Après avoir mangé de la poussière pendant presque 3 heures, vous rejoignez enfin la station dite Hydro Electrica.

—————————————————————————-

Pour plus de détails, lire le livre ci-dessous

 

————————————————————————-

Un dollar étant un dollar, j’ai choisi de ne pas embarquer le train et de suivre les rails pour économiser les 18 dollars de tortillard, plus par boycott que par réel sens de l’économie. Cela prend 2 heures pour arriver jusqu’à Aguas Calientes  (de nuit dans mon cas car j’avais mal jugé le timing). Sur place, on peut passer la nuit dans un hôtel pour 18 dollars, puis décamper tôt (très tôt même) le matin pour skipper le bus et marcher d’Aguas Calientes jusqu’au Machu Picchu. Cela prend environ 1h30. Attention néanmoins à ne pas faire comme moi : pensez à acheter votre ticket dans le village car les guichets au Machu Picchu ne vendent pas de tickets d’entrée (idiot mais c’est comme ca). Il paraît que seule une moyenne de 3 visiteurs par jour se font piéger; normal pas grand monde vient indépendamment sur place… malheureusement, moi si…

Pour retourner sur Cusco, idem mais en sens inverse avec deux heures de marche jusqu’à Hydro Electrica puis 6 heures de moto jusqu’à Cusco. Facture à l’arrivée :

60 dollars de moto + 20 dollars d’essence + 18 dollars d’hôtel + 46 dollars de droit d’entrée = 144 dollars

C’est la moins chère des solutions et à mon avis celle qui permet d’en profiter le plus et de voir les plus beaux paysages en chemin. Seul bémol, un niveau minimum de moto est préférable parce que la route envoie du gros sur certaines portions. Vous le verrez dans mon prochain article avec la vidéo de l’aventure…

Conclusion

A ceux qui se posent toujours la question du lien entre le titre de mon article et son contenu, je risque de les décevoir. Je n’ai pas fait fortune en découvrant l’emplacement du trésor des Incas. En revanche j’ai découvert l’incroyable machine à billets que les autorités péruviennes ont fabriquée en faisant payer à tous les touristes qui se rendent sur place des prix honteusement élevés. A défaut de trésor, les Péruviens ont trouvé la machine à billets Inca, et à la vitesse à laquelle ils tondent la laine sur le dos des visiteurs, ils vont rapidement reconstituer le pécule de leurs ancêtres. Plus forts que tout, les touristes en redemandent puisqu’ils viennent chaque année plus nombreux.

 Source: lespassengers

 

 

——————————————————————————

La révolte des Incas

Tupac Amaru

 

1780, siècle des Lumières, Fabrice quitte la cour de France pour embarquer vers le Pérou. Là-bas, son destin bascule. Fabrice est indigné par les injustices que subissent les Indiens du Pérou, persécutés par les conquistadores espagnols.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS