Civilisation Le Royaume des Nabatéens de Pétra À Hégra

Civilisation: Le Royaume des Nabatéens de Pétra À Hégra

Il est souvent difficile d’imaginer aujourd’hui que les immensités désertiques qui s’étendent au sud du Croissant fertile ont vu se développer dans l’Antiquité, sur les routes reliant l’Arabie heureuse du Yémen aux cités antiques de Syrie, une brillante civilisation, née de l’activité caravanière. C’est en cette « Arabie Pétrée » que voyageurs et archéologues ont découvert les vestiges de l’ancien Royaume nabatéen. Le site de Petra demeure le joyau de cette région qui a révélé de nombreux autres trésors dont la vallée des Tombeaux de l’antique Hégra. Là où cette dernière s’était établie, au nord du Hedjaz, se dressait avant elle la cité lihyanite qui, dans l’oasis d’al Ula, était la capitale du mystérieux royaume du Dedan.

Tayma – qui fut une résidence de Nabonide, le dernier roi de Babylone – était le centre, en ces terres où le sacré est omniprésent, du culte rendu au dieu lunaire Sin. Les cités nabatéennes qui sont aujourd’hui dans le Neguev israélien – Mamshit, Advat, Horvot Halutsa ou Rehovot fondée, selon la tradition, par Isaac – connurent une nouvelle et brillante existence aux époques romaine et byzantine, mais la région vécut aussi au rythme des croisades, quand le fameux Renaud de Châtillon occupait l’impressionnant crac de Moab. Les vestiges du chemin de fer ottoman reliant Damas à Médine et les splendides paysages du Wadi Rum renvoient enfin à l’épopée de Lawrence d’Arabie, entré dans Jérusalem reconquise sur les Turcs le jour de Noël 1917.

 

Capitale Nabatéenne et cité commerciale.

La région de Petra est occupée depuis le VI° millénaire avant J.C par des éleveurs cultivateurs du néolithique qui profitent de sa situation favorable (extrémité sud du croissant fertile) et de conditions climatiques plus propices qu’aujourd’hui. Puis, au VIII° siècle avant J.C, les nomades Edomites s’installent sur le site de el-Beida.

Ils sont éclipsés par les Nabatéens, un autre peuple de nomades, originaires de la Péninsule Arabique, qui apparaît vers le VI° siècle avant J.C et s’installe en terre Edomite (sud et centre de la Jordanie actuelle) au V° siècle avant J.C, d’abord à Gaïa (actuel village de Wadi Moussa), puis à Petra. Ils se sédentarisent peu à peu et vont assurer leur prospérité en maîtrisant les routes commerciales, entre Orient et Occident, et en développant le commerce de la myrrhe, de l’encens et des épices, denrées précieuses à cette époque.


Mais dés le IV° siècle avant J.C, les richesses nabatéennes attisent la convoitise des Macédoniens. Or le site de Petra offre de multiples avantages. En plus de sa position, au carrefour des routes commerciales entre Arabie, Egypte et Méditerranée, Petra, invisible parmi les massifs montagneux, bénéficie d’une situation naturelle facile à défendre, aussi lorsque les successeurs d’Alexandre le Grand attaquent la capitale, les Nabatéens sauro

 

Source: leblogdeletrange

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS