Ces églises et religions qui abrutissent les noirs.

Ces églises et religions qui abrutissent les noirs.

« Quand les blancs sont arrivés en Afrique, ils avaient la Bible et nous la terre. Ils nous ont appris à prier les yeux fermés. Quand nous les avons rouverts, nous avions la Bible et eux la terre. »

Jomo Kenyatta, père de la nation et ancien président du Kenya.

 

bleu

Pour moi, être agnostique ou athée signifie surtout être capable d’avoir une pensée critique sur le rôle de la religion dans la vie des personnes d’origine africaines et antillaises. On a peu écrit sur les aspects négatifs de la religion dans la vie des noirs, préférant souvent n’évoquer que des aspects positifs. Oui, la religion était une bouée à laquelle nos ancêtres se raccrochaient afin de pouvoir naviguer dans un monde blanc raciste qui leur rappelait sans cesse leur infériorité. Mais, la religion a également été la cause et le prétexte de bien de brutalités dans la vie des personnes de race noire.

S’il fallait donner une note globale au rôle qu’ont joué les religions dans l’histoire et la vie des Noirs, en particulier les judéo-chrétiennes, je dirais qu’elles méritent un bon 05/20. Car il y a tout simplement trop nombreux cas où la religion a été à la fois outil de libération, mais aussi et surtout un outil d’oppression dans la vie des Noirs. Par exemple, la Bible a été constamment utilisée pour justifier l’asservissement des indigènes aussi bien en Afrique que sur les autres continents.

La religion définit des comportements qu’un peuple doit avoir envers Dieu, les hommes, son environnement, les animaux et toute autre vie… Derrière sa religion et sa civilisation, chaque peuple pratique et véhicule sa propre tradition, sa propre culture. Ne soyez pas étonnés que les religions actuelles ne proposent que les us et coutumes des peuples qui les ont créées, « les prophètes » qui y sont apparus n’ont évolué que dans leur propre communauté et fait de ces peuples les élus au détriment des autres. Au contact très violent avec les religions étrangères, les noirs d’Afrique ne les ont point embrassées comme on semble le croire, mais au contraire férocement combattues. Mais par un savant dénigrement de l’Histoire, des hommes, des symboles et cultes africains, les colonisateurs ont réussi à asservir les noirs. Le serpent par exemple, qui était pour nos ancêtres le symbole de l’éternité, de la réincarnation devient le mauvais, le mal. L’individu noir ayant égaré son parcours historique, ses traditions, se retrouve déraciné, à défendre, à pratiquer des cérémonies, des gestes, des pensées, des paroles qui lui sont étrangers.

Depuis des décennies je suis sidéré de voir des noirs et surtout des africains rejeter en bloc leur Histoire, leurs ancêtres, leurs croyances ancestrales au profit de religions qui ont toujours été à l’origine de leur malheur.

Je trouve particulièrement dangereux ces noirs qui pensent  que nous ne sommes rien sans la religion de Jésus (ou d’Allah). Il devraient comprendre que nous, les Noirs, étions des peuples avec nos coutumes et nos civilisations AVANT d’être endoctrinés, et que beaucoup d’entre nous continueront de l’être.


Ce n’est pas de suggérer que la religion ne peut pas être un outil utile pour examiner les problèmes auxquels font face les Noirs, mais, plus souvent elle est généralement un outil de conservatisme maintenant les simples d’esprit dans l’obscurantisme. Il n’y a qu’à voir la prolifération des églises dites « de réveil » dans les milieux extrêmement pauvres et défavorisés. De même, l’Afrique noire et l’Amérique latine sont devenu les principaux viviers de moutons de panurge pour les églises.

Panneau d'une église

S’il est vrai que certains ont utilisé la religion dans le bon sens, ce n’est pas la seule façon de faire, et notre incapacité à reconnaître ces divers aspects sape nos choix et nos perceptions au moment d’aborder les problèmes qui affligent nos communautés. Le Révérend sud-africain Desmond Tutu est une personnalité religieuse noire qui utilise son rôle dans la religion pour étudier les enjeux auxquels est confrontée la communauté noire dans laquelle il vit. C’est toute autre chose que ces pseudo-pasteurs (qui par un curieux hasard sont souvent Congolais). Ces charlatans participent à la dégradation de la perception des Noirs en insistant sur l’idée nous sommes de simples brebis égarées, manquant de discernement et de vrai sens religieux Ils devraient prendre en compte la diversité et la réalité des cultures divines africaines, au lieu d’insister à montrer aux yeux de tous le coté imbécile heureux du nègre.

Par ailleurs, quand le Pape en personne se permet de dire aux africains que   »l’on ne peut pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs » mais qu’ »au contraire [leur] utilisation augmente le problème », ou bien quand un évêque brésilien excommunie une femme pour avoir fait avorter sa fillette de 9ans victime de viol, je me pose de sérieuse questions sur le but des religions.

Aussi admiratif que je puisse être devant quelqu’un comme Desmond Tutu ou Al Sharpton, en tant qu’agnostique et noir, j’insiste sur le fait que ni la religion, ni croyance en Dieu, sont nécessaires. Je ne dis pas que les Noirs doivent adopter une forme de nihilisme culturel, parce que l’on peut être athée ou agnostique et être très optimiste quant au potentiel de transformation positive de la vie des gens. Je suis tout simplement d’avis que les Noirs n’ont pas besoin de religions. Nous avons absolument besoin de structures pour se rassembler, et si souvent cela a été le principal rôle de la religion dans la vie des africains et descendants d’africains, cela peut être fait sans la religion et la croyance en Dieu.

Les Noirs, et particulièrement ceux d’Afrique ont besoin de trouver leur ego, et je ne pense pas que nous soyons en mesure de le faire en retournant à la même vieille fable judéo-chrétien vers laquelle nous avons si souvent été tournés. Il est temps pour nous d’entrer en contact avec nos propres mythes culturels africains, et de voir ce que nous pouvons en extraire, pour le meilleur.

Par  Neo

 

Source: angazamag.com

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS