Nannie Helen Burroughs

« 12 choses importantes que les noirs doivent faire pour eux-même », par Nannie Helen Burroughs

Nannie Helen Burroughs (1879-1961) était une éducatrice, oratrice, leader religieux et femme d’affaires qui dans sa jeunesse s’est installée à Washington, D.C. pour profiter des opportunités éducatives supérieures de la ville. En vivant à Washington elle a décidé d’ouvrir une école pour jeunes filles Noires américaines afin de les préparer à une vie adulte productive. Burroughs était un membre actif de son église, où elle a organisé un club de femme qui a organisé des cours du soir dans des compétences utiles comme la dactylographie, la comptabilité, la cuisine et la couture. Ses responsabilités dans l’église ont augmenté quand elle est devenue Secrétaire du « Women’s Auxiliary of the National Baptist Convention », qui a soutenu le travail des missionnaires et des sociétés éducatives dans des églises Baptistes à travers l’Amérique. Le rêve de Burroughs a été réalisé quand elle a ouvert l’École Nationale de Formation pour des Femmes et des Filles à Washington, D.C., en 1909.

Les 12 Choses que le Noir Doit Faire Pour Lui-même étaient un livret vendu au début des années 1900. Le prix au détail de ce livret était de 10 cents.

1. Le nègre doit apprendre à faire passer les choses prioritaires en premier. Ces éléments prioritaires sont: l’éducation; le développement des traits de caractère;  le business et la propriété.

  • Le nègre a tendance à mettre beaucoup trop de ses revenus dans des vêtements, la nourriture, le spectacle, le jeu et en ayant ce qu’il appelle «un bon moment ». Le Dr Kelly Miller a déclaré: «Le nègre achète ce qu’il veut et demande de ce dont il a besoin». Trop vrai!

2. Le nègre doit cesser d’attendre que Dieu et l’homme blanc fasse pour lui ce qu’il est capable de faire pour lui-même.

  • Il est dans le « Plan Divin » que les forts doivent aider les plus faibles, mais, même Dieu ne fait pas pour l’homme ce que l’homme peut faire pour lui-même. Le nègre devra faire exactement ce que Jésus a dit à l’homme handicapé (dans Jean 5:8)  – Porter sa propre charge – « Prends ton lit et marche. »

3. Le nègre doit se tenir lui, ses enfants et sa maison propres, et doit rendre le milieu dans lequel il vit confortable et agréable.

  • Il doit apprendre à «tirer sa communauté vers le haut» – non pas vers le bas. On peut séparer par la loi, mais nous ne n’intégrons que par notre façon de vivre. La civilisation n’est pas une question de race, c’est une question de normes. Croyez-le ou pas – un jour, une race surpassera complètement la civilisation anglo-saxonne. Ce pourrait être la race nègre, si le nègre a assez de bon sens. Les civilisations montent et descendent de cette façon.

4. Le nègre doit apprendre à s’habiller de façon plus appropriée pour travailler et pour les loisirs.

  • Savoir quoi mettre – comment le mettre – quand le mettre et où le mettre, ne sont que du bon sens commun, la culture et aussi un signe de caractère.

5. Le nègre doit faire de sa Religion une pratique quotidienne et pas seulement « une affaire émotionnelle du dimanche ».

6. Le nègre doit œuvrer à résoudre des vrais problèmes et combattre l’ignorance de masse.

  • Les dirigeants et leaders doivent enseigner et inspirer les masses à devenir ambitieuses et déterminées à s’améliorer mentalement, moralement et spirituellement, et à répondre aux exigences du civisme de base.
  • Nous devrions lancer une campagne d’alphabétisation intensive en Amérique, ainsi qu’en Afrique. L’ignorance -l’ignorance entretenue – est un boulet attaché au pied de la race nègre. C’est notre plus lourd fardeau et obstacle à la démocratie.
  • L’intégration sociale est une relation à atteindre, résultant de la culture de la parenté des idéaux sociaux, des intérêts et des normes.
  • Il s’agit d’un processus de mélange qui exige du temps, de la compréhension et des objectifs fixés à atteindre. C’est individuellement et non par les lois qu’on peut arriver à le faire.

7. Le nègre doit arrêter de mettre ses échecs sur le compte de sa «couleur» et de l’attitude du blanc.

  • La vérité est qu’un bon service et un bon produit feront de la sensibilité à la race un préjudice insensé, qui fondra comme la brume au lever du soleil.
  • Dieu n’a jamais voulu que l’homme de couleur  ne soit autre chose qu’une « marque de distinction ». Il y a longtemps que les autres races ont appris ce fait. Le Nègre doit d’abord se qualifier pour le poste qu’il veut. Le projet, l’initiative, l’ingéniosité et la créativité sont les clés que tous les hommes utilisent pour obtenir ce qu’ils veulent. Le nègre devrait faire de même. Il doit faire de lui-même un technicien trop habile pour qu’on puisse se priver de lui, et trop FIABLE pour ne pas être au travail. Il ne deviendra jamais un facteur essentiel dans l’industrie jusqu’à ce qu’il apprenne à mettre dans son œuvre la force vivifiante de l’initiative, les compétences et la fiabilité. Il est devenu avide dans ses  »droits » mais idiot dans ses «devoir».

8. Le nègre doit dépasser ses mauvaises habitudes de travail.

  • Il doit faire de sa réputation une nouvelle marque dans le monde du travail. Ses mauvaises habitudes de travail sont l’absentéisme, pour des funérailles, ou une petite affaire à régler. Le nègre use son temps de travail pour des choses qu’ont rien à voir avec l’entreprise. Il a également une mauvaise réputation dans la conduite du travail – comme le fait de créer des querelles mesquines, de sans cesse parler fort à propos de rien; la fainéantise, la négligence, en raison du manque d’épanouissement dans son emploi; l’insolence, et – trop souvent – l’alcoolisme.

9. Il doit améliorer sa conduite dans les lieux publics.

  • Pris dans son ensemble, il bavarde toujours trop fort et se conduit de façon mal élevé.
  • Il parle beaucoup d’anéantir la discrimination raciale et en même temps beaucoup d’intégration.
  • La ségrégation est un arrangement « physique » par lequel les personnes sont séparées dans différents services.
  • Il revient certainement au nègre de mettre fin à justification ou l’excuse apparente de la ségrégation.
  • La seule façon efficace de le faire est de maintenir son environnement propre et de se rendre attractif dans son attitude. En pratique, la propreté doit devenir une habitude et l’habitude devient personnage.

10. Le nègre doit apprendre à exploiter une entreprise utile à toute personne – pas uniquement pour les gens de race noire.

  • Pour faire des affaires, il devra dépasser tous les « affects » typiques aux noirs dans le business, se conformer aux normes et standards acceptées et faire face à la concurrence stimulante – en fait, il doit apprendre à accepter la concurrence.

11. Le nègre soi-disant « intellectuel » moyen doit apprendre la modestie. Il a tendance à faire beaucoup de bruit pour rien. Il a besoin d’une expérience semblable à celle qu’avait Ezéchiel – (Ézéchiel 3:14-19). Et il doit faire ce que Ezéchiel fit-

  • Autrement, par indifférence aux sujets comme le sort des masses, le nègre, qui croit qu’il a échappé à sa condition perdra son âme.
  • Une race se transforme elle-même à travers ses propres dirigeants et ses judicieux gens ordinaires. Une race s’élève de ses propres ailes, ou est retenue par son propre poids. Les vrais dirigeants ne sont jamais «les gens en dehors du peuple ». Ils font partie de la masse. Ils sont juste passés à l’avant. Leur seul rôle à l’avant est d’inspirer les masses en travaillant dur, en étant des exemples nobles et une incitation à « Aller de l’avant! » Dante a montré ce fait quand il a dit : «montrez aux gens la lumière et ils vont trouver le chemin par eux même! «
  • Il faut qu’il émerge de la race noire, un leadership qui ne soit pas orientée vers la poursuite des propres intérêts individuels. Un bel exemple se trouve dans les hommes et les femmes de race noire, qui, dans les premiers jours, ont donné leur vie pour le peuple. Leurs précieuses contributions n’ont pas toutes été reconnues et appréciées par les « dirigeants des derniers jours ». Dans de nombreux cas, leurs noms ne seront jamais cités, parmi les héros connus du monde.

12. Le nègre ne doit pas oublier.

  • Le nègre américain a eu et a encore des amis (dans le Nord comme dans le Sud). Ces amis non seulement prient, parlent, écrivent, influencent les autres, mais font d’incroyables (et méconnus) sacrifices et contributions pour la promotion de la cause.
  • La plus belle chose que le nègre puisse faire, c’est de vivre et de travailler afin que ces bienfaiteurs ne se soient pas donné en vain. Le nègre doit tenir son cœur et son esprit résolument optimiste, avec le but de justifier les sacrifices et de se tenir debout sur ses pieds et aller de l’avant – « Au travail! », C’est la réponse à tout ce qui nous fait mal. Nous parlons trop pour rien au lieu de rattraper le temps en travaillant.

 

Par  Neo


 

Source: angazamag

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS